Le Mage pendant la seconde guerre – Période 1944-1945-Libération le 15 Aout

 9 Août 1944

Mitraillage de camions Allemands dans  » Le Bourg », une personne est blessée et des dégâts sont infligés à certaines maisons au cours de l’attaque par les Alliés.

 10 Aout 1944

Cinq parachutistes Anglais et leurs munitions ( 6 Containers) en provenance des Mesnus  ( orthographe incertaine) sont acheminés dans deux charrettes à gerbes , le tout camouflé sous des gerbes de blé.

Tout ceci en liaison préalable avec le 1er Magistrat du Mage et les interessés des lieux. A savoir la « Fourrelière et la Faudière ». ( orthographe incertaine)

Les six containers furent entassés dans la grange de la « Faudière » et recouverts par des gerbes de blé  d’importance capitale pour le camouflage,  la suite va le démontrer.

Tout fut bloqué sur place par l’arrivée d’un détachement Allemand qui se déroula jusque tard dans la nuit 10 au 11 Aout  ( Chevaux et camions et autos-mitrailleuses).

Les cinq parachutistes s’étant retirés dans le bois de Feillet furent ravitaillés par Madame Gueulin  ( orthographe incertaine) de la « Fourrelière » . ( sic )

Ne se doutant pas de l’importance du détachement Allemand les parachutistes restèrent sur leurs positions dans les fossés derrière la Faudière mais ils furent contraints, par surprise, d’abandonner leurs armes et affaires personnelles et de se faufiler ) a plat ventre dans les fossés du bois en direction des « Haussaies » chez Monsieur Ovenuel ( orthographe incertaine)ou ils furent hébergés pendant quatre jours.

Ces armes et affaires personnelles abandonnées furent découvertes et ramassées par les Allemands à moins de cent mètres des habitations « La Faudière »

Aussitôt l’alerte donnée, une battue d’envergure fut organisée dans les bois,sur les routes,herbages etc. Heureusement sans résultats ce jour là. (sic)

Dans la nuit du 10 au 11 aout 1944 des officiers et soldats de la Wermacht en cantonnement couchèrent dans la grange sur les munitions Anglaises protégées par deux lits de gerbes de blé…

Cette même nuit à quatre heures  du matin  il fut rendu compte à Monsieur Edou à Feillet et décision fût prise séance tenante d’entreposer des gerbes de seigle par dessus le tout afin de mieux préserver les munitions dans la dite grange.

A la pointe du jour ce 11 Aout et pendant  toute la matinée, il fut engrangé deux voitures de seigle en ayant au préalable fait levé les allemands couchés sur les fameuses  munitions en leur faisant comprendre, par des gestes, que nous étions contraints par le temps de rentrer notre récolte.

Ce même jour alors que nous finissions notre repas de midi l’officier commandant le détachement accompagné d’un interprète nous passa un interrogatoire  au sujet des armes et affaires personnelles abandonnées par les parachutistes anglais à 100 mètres dans le bois.

Heureusement il n’y eu pas de différence entre les interrogatoires du  fermier et de son épouse…Il y eu cependant  quelques mensonges, aussi des vraies vérités qui furent vérifiées sur le champ et qui sauvèrent les témoins.

11 Aout 1944

A la tombée de la nuit le commandement Allemand vint demander la direction de La Loupe qui lui fut indiqué par le fermier Tréhorel avec grand soulagement. Aussitôt une vraie ambulante sortit du Bois de Feillet en direction de La Loupe.

12 Aout 1944 

17heures: Uncivil en chapeau (Accent Anglais) , Sergent de l’opération parachutée près de La Loupe se présente à la Faudière,de fil en aiguille, après quelques méfiances de part et d’autre, chacun évoquant ses aventures à partir du 10 Aout ( Abandon de leurs armes, retraite à plat ventre dans les fossés pour se réfugier chez Monsieur Gevenel( orthogrape incertaine) aux « Houssaies »- nous donnent comme consigne de ne pas nous affoler si nous entendions du bruit côté de la Grange dans la nuit suivante. Les communications ayant été interrompues entre le Sergent Anglais et son Capitaine Kirschen dit « King »- la liaison fut rétablie le soir même au PC du Capitaine dans le bois des Loges.

 13 Aout 1944

8 heures du matin : Coup de sifflet venant de la direction de la Grange . C’était nos « Paras » qui prenaient leurs armes et munitions pour remplacer celles qu’ils avaient abandonnés. Ce qui occupa une grande partie de la matinée.

Ce même soir , à la tombée de la nuit, 11 allemands se présentent à la Faudière venant de la Madelaine Bouvet à travers les herbages. Ils couchèrent dans un vieux grenier que nous avions aménagés de quelques bottes de paille pour éviter un tel retour dans la grange ou le pire était toujours à craindre avec les armes et munitions toujours entreposées.

 

14 Aout 1944

A la pointe du jour après un bref entretien sur la route devant la grange, ces 11 Allemands , battants en retraite disparurent comme un éclair si bien que nous ne savons quelle direction ils prirent….

15 Aout 1944

Libération du Mage: Les troupes alliées poursuivent leur avance, un détachement vient de la route de Bizou. Un attroupement se forme au carrefour face à l’épicerie Desveaux pour saluer nos libérateurs qui distribuent, au passage,bombons et Cigarettes–

 

1945

11 Mai 1945 : Rappel sous les drapeuax de deux combattants du Mage: Mr Edou libéré en 1940 et Eugène Tréhorel prisonnier en congés de captivité.

Le 1er Aout Mr Edou à Bayeux le second à la 331 eme compagnie des « QG » de l’axe à Damigny.

Ils furent démobilisés le 14 Aout 1945.

 

AINSI PREND FIN LA DRÔLE DE GUERRE 1939-1945 vécue par les habitants du Mage.